En été, travailler à l'extérieur présente des dangers

Mis à jour le 03/07/2018

Le service santé sécurité au travail de la MSA Poitou vous présente les risques professionnels liés au travail en extérieur à cette période de l'année. La mise en place de mesures préventives simples et efficaces permet en partie d’y remédier.

La déshydratation : Boire avant d'avoir soif !

En période de forte chaleur, on peut penser que le corps humain a des capacités d’adaptation et on peut manquer de vigilance face à certains signes qui annoncent le risque de déshydratation.
Ces risques sont importants quand la température dépasse 30°C à l’ombre et/ou que le travail est pénible : tâches exigeantes physiquement, récupérations insuffisantes, vêtements de travail empêchant l’évaporation de la sueur…
Les crampes de chaleur (aux jambes ou au ventre) sont un premier signe de déshydratation. Ensuite, vient l’épuisement (faiblesse, forte transpiration, froideur de la peau, syncope). Enfin, niveau le plus grave de déshydratation est le coup de chaleur (fièvre supérieure à 40°, respiration rapide, peau sèche et chaude, nausées, confusion, agitation). C’est une urgence vitale  qui nécessite l’intervention des secours.
 
La sensation de soif (bouche sèche) arrive tardivement. Il est donc conseillé de boire de l’eau toutes les 15 à 30 minutes même si on n’a pas soif.
Eviter les boissons alcoolisées et prendre des repas légers et fractionnés permet au corps de mieux supporter les contraintes de la chaleur.
S’humidifier régulièrement le corps et notamment la nuque permet de lutter aussi contre la chaleur excessive.
 

La peau et aux yeux : Se protéger efficacement

Les personnes travaillant à l’extérieur ont un risque plus élevé de développer un cancer de la peau dû à une exposition solaire intense, de longue durée et répétitive. Le travail au soleil entre 11 et 16 heures augmente encore ce risque. Le vent diminue la sensation de brûlure du soleil. Mais, il ne protège pas des coups de soleil, ni des rayons, aug­mentant les risques de cancer.
Certains médicaments peuvent également provoquer des réactions de la peau au soleil.
Comme la peau, l’œil souffre d’une exposition trop intense au soleil. L’équivalent du coup de soleil se nomme ophtalmie (impression de « grain de sable » dans l’œil). Elle guérit spontanément en quelques jours.
Les UV peuvent aussi endommager l’œil à long terme : développement d’une cataracte, baisse voire perte de la vision centrale, mélanome oculaire…
 
L’absence de coups de soleil ne signifie pas l’absence d’UV nocifs à long terme. Il faut donc porter systématiquement des vêtements si possible de couleur claire, couvrants et en coton et ne pas travailler torse nu même si vous êtes bronzé ou habitué au soleil.
Une crème solaire de type écran total dont l’application devra être renouvelée plusieurs fois par jour peut protéger les parties du corps restant exposées.
 
Le port d’un chapeau, d’une casquette ou mieux une saharienne qui protège la nuque et de lunettes de soleil est indispensable dès lors que vous travaillez dehors.

 

La foudre

Même s’il est faible, le risque existe et peut être mortel. Il est prudent d’arrêter le chantier le temps de l’orage et de réagir vite en se mettant à l’abri dès les menaces d’un orage. Se réfugier dans un véhicule reste la meilleure des protections. Il est préférable de se tenir éloigné des éléments hauts et de ceux conduisant l’électricité. En l’absence d’abri, il est conseillé de se tenir accroupi et si l’on est en groupe de s’éloigner les uns des autres de 3 mètres au minimum.
 

Les piqûres d’insectes

Les piqûres de guêpes, d’abeilles et de frelons peuvent être dangereuses en grand nombre ou pour des personnes allergiques.
Les tiques peuvent transmettre des maladies. Il est conseillé de vérifier l’absence de morsure en fin de journée, d’ôter la tique et de consulter un médecin si une rougeur apparaît autour de la morsure dans le mois qui suit.
 

Les morsures de serpents

En cas de morsure, il faut essayer de rester calme et limiter les mouvements de la victime pour ralentir la diffusion du venin dans l’organisme.
Si les signes d’envenimation peuvent apparaître dans les premières minutes, les symptômes généraux apparaissent en plusieurs heures, ce qui laisse toujours le temps de s'organiser pour se rendre à l'hôpital.
 

Les produits chimiques

Lors des fortes chaleurs, les produits chimiques comme les produits phytosanitaires se transforment plus vite en vapeur donc s’inhalent plus facilement et la peau les absorbe d’autant plus. La chaleur peut également entraîner un rejet de vapeurs des filtres des appareils de protection respiratoire, des tracteurs ou des automoteurs de pulvérisation.
La transformation de l'essence en vapeur est rapide par forte chaleur. Ces vapeurs s'enflamment ou explosent très facilement au contact de tout point chaud, surface chaude ou étincelle, y compris d'origine électrostatique.
 

En tant qu’employeur, vous devez prendre en compte la contrainte liée aux fortes chaleurs en :

- Aménageant les horaires de travail et la fréquence des pauses ;
- Limitant le travail trop physique ;
- Prévoyant de l’eau potable et des zones de repos à l’ombre ;
- Limitant le temps d’exposition au soleil.


 
Les conseillers en prévention, les médecins et les infirmiers du travail de votre Caisse de MSA sont à votre disposition pour vous aider à apprécier les risques et à choisir les moyens de prévention adaptés à votre situation.
Contacts : MSA POITOU (site 86) : 05 49 44 89 57 - MSA POITOU (site 79) : 05 49 06 30 76